/SiteCollectionImages/VPC/History/566x228/1950-1959.jpg

1959 - Volvo Penta Aquamatic

Lorsque Volvo Penta introduit la transmission Aquamatic au New York Boat Show en 1959, les concepteurs de bateaux du monde entier posent leurs crayons et se demandent : " Est-il possible que cette entreprise de Göteborg ait réussi à combiner les avantages du moteur inboard avec ceux du hors-bord, tout en éliminant simultanément les inconvénients ? " Si cela s'avérait exact, la conception de la coque en serait révolutionnée. La matière plastique étant récemment apparue dans la construction de bateaux, cette innovation créait de nouvelles opportunités, en particulier pour l'industrie des bateaux de plaisance.

Les constructeurs américains qui avaient introduit de puissants moteurs hors-bord vers la fin des années 1950, voient d'un mauvais oeil l'arrivée de cette innovation et ils font tout ce qu'ils peuvent pour neutraliser ce design révolutionnaire. " La souris qui rugissait " - ainsi écrivait-on à propos de la campagne publicitaire pour la transmission Aquamatic lancée par Volvo Penta, mais le marché allait très vite apprécier les avantages de ce concept.

Le moteur inboard est robuste, relativement économe d'un point de vue énergétique et il est implanté dans le bateau, à l'abri du vent, des intempéries et de l'eau. Il offre une longue durée de vie utile et il est d'un contrôle et d'un entretien aisés. Par ailleurs, il peut être proposé en version diesel ou essence et bénéficie d'une excellente valeur de reprise. Le moteur hors-bord offre, lui aussi, des avantages spécifiques. L'arbre, l'hélice et la direction peuvent être intégrés. Sa manœuvrabilité est excellente et la transmission peut être relevée pour éviter l'échouage. Le bateau n'as pas besoin d'être équipé d'un gouvernail. L'Aquamatic de Volvo Penta illustre une brillante combinaison de ces deux approches.